STAR WARS – LES AVENTURES D’UNE JEUNE JEDI – TOME 1 : LE CERCLE SOMBRE

ladjj1_couv1ladjj1_couv2Lorsque son Maître rejoint la Force, Isil, la jeune Jedi encore Padawan, ignore dans quelle tourmente elle va être emportée. Elle ne peut se douter qu’elle va devoir payer dans sa chair les actes barbares des membres de ce Cercle Sombre dont elle ignorait jusqu’alors l’existence.

Entre l’amour d’un contrebandier charismatique et les plans mystérieux qu’un puissant personnage de la République Galactique nourrit à son encontre, la frontière entre le côté lumineux et le côté obscur de la Force est bien fragile.
Plongée au plus profond d’un complot destiné à relancer une guerre totale entre la République et l’Empire Sith, accusée du meurtre d’un Sénateur, elle devra faire des choix douloureux, tant physiquement que moralement, qui ne seront pas sans laisser des traces pour l’avenir.

Entre amour, code et sacrifice, saura-t-elle se montrer digne d’un Ordre Jedi en disgrâce, replié sur lui-même, qui protège malgré elle une République Galactique bien ingrate ?

© juillet 2011

Format PDF Format EPUB

Si vous avez lu ce roman, merci d’avoir la sympathie de laisser vos impressions en commentaire pour dire à l’auteur comment vous l’avez trouvé.
Vous pouvez aussi venir en discuter, ou simplement laisser votre avis,
sur les forums de Starwars Universe

Extrait du chapitre 15 : « Le bûcher funéraire »

« La nuit était tombée sur la colline qui surplombait le Temple. Ils étaient tous rassemblés, les membres du Conseil, les Maîtres et leurs Padawans, les novices, les Chevaliers présents sur Tython, devant le bûcher funéraire qui se dressait dans l’obscurité. Au premier rang se trouvaient Isil, Satele Shan et Maître Melvar. Les deux anciens Padawan de Maître Beno Mahr, tenaient chacun une longue torche qui crépitait. Les longs cheveux blonds de la jeune fille qui voletaient dans le léger vent tiède offraient un contraste éclatant avec l’opulente crinière noire du Jedi qui retombait sur ses larges épaules.
— Nous sommes rassemblés pour honorer de notre présence le passage de Maître Beno Mahr de notre monde dans la Force. Notre recueillement témoignera de ce qu’il fut pour nous : un grand Jedi et un ami qui nous manquera. Mais nous continuons à regarder vers l’avenir, sans nous complaire à la tristesse. Il n’y a pas de mort, il y a la Force.

Les paroles de Satele Shan s’envolèrent dans l’air de la nuit, accompagnées par le bruit de la cascade toute proche qui tombait entre les rochers dans le petit lac qui traversait les jardins du Temple.
— Je lui dois tout ce que je sais sur la Force, dit Isil doucement. Maître Satele, il m’a parlé au fond de ma prison et j’ai vu son visage… pensez-vous que c’était mon imagination ?

Maître Shan posa une main sur l’épaule de la Padawan.
— Il disait que ta sensibilité dans la Force était étonnamment grande. Peut-être t’a-t-il réellement aidé… nous ne connaissons pas tout de la Force et il y a une multitude de chemins à explorer à l’intérieur d’Elle. Qui sait lequel a emprunté Maître Beno.
— Il me manque… n’ai-je pas le droit de le pleurer ?
— La peine que tu ressens est légitime Isil et elle honore notre Maître. Tu n’es pas dépourvue d’émotions sans quoi tu serais un être froid et sans vie, intervint Adol Bruck. Mais un Jedi tu dois rester et cela implique que tu dois mettre cette peine de côté, comme nous saurons tous le faire.
— Allez, maintenant, il est temps, leur dit Satele Shan.

Et pendant que la foule murmurait les paroles du Code Jedi, Isil et Adol Bruck gravirent les quelques marches qui accédaient à l’autel funéraire sur lequel le corps de Beno Mahr qui avait été rapatrié depuis Coruscant reposait. Quelques secondes plus tard, les premières flammes crépitaient dans la nuit, illuminant de leur éclat tremblant tous les participants rassemblés. Personne ne vit la petite larme qui glissa le long de la joue veloutée de la jeune fille pour se perdre dans le feu naissant avant qu’elle ne redescende du bûcher. Ce fut la seule qu’elle versa. Une seule larme pour toutes ces années durant lesquelles Beno Mahr avait joué le rôle de Maître, de père, de mentor, d’ami et de confident pour cette fillette trouvée dans le manoir en flammes de ses parents assassinés. Mais tout ce qu’un Jedi ne doit pas montrer, ne doit pas exprimer, tous les sentiments desquels il se méfie pour ne pas exposer sa faiblesse d’être humain à ce qu’il appelle le Côté Obscur de la Force, s’y trouvaient condensé et elle étincela un instant comme une étoile au firmament avant de disparaître dans le brasier.

Isil reprit sa place aux côtés de Maître Melvar tandis que le feu remplissait son office. Hiivsha, un peu à l’écart, regardait avec curiosité cette foule de Jedi et d’apprentis Jedi. Tous ces êtres savaient manipuler ce qu’ils appelaient la Force, cette sorte de divinité créatrice qui remplissait et modelait l’univers. Il y avait là une puissance incommensurable. Et pourtant, il ne parvenait pas à les comprendre. Leur enseignement rejetait ce qui faisait d’eux des êtres humains imparfaits. Comment pouvait-on enseigner à ne pas tenir compte de ses émotions ? Comment pouvait-on même essayer de vivre sans, alors que c’était elles qui façonnaient l’humanité ? Tant de contradictions apparentes semblaient s’entrechoquer dans cet Ordre qui ne laissait pas indifférent au point qu’on ne pouvait que l’apprécier ou bien le haïr ! Ces gens, à la limite de l’extraordinaire, lui paraissaient en fait tellement vulnérables ! Ils se montraient en effet incapables de composer avec leurs émotions, à tel point qu’ils s’obligeaient, parfois vainement, à les rejeter. C’était pour Hiivsha, une sorte de crainte ou de manque de confiance dans leurs capacités humaines. Le contrebandier se demandait d’où leur venait cette peur d’eux-mêmes.

Dans la lueur dansante du feu qui dévorait la dépouille du Maître de Isil, il contemplait celle-ci et s’abreuvait de chacune des lignes si parfaites de son visage et de son corps. Comment pourrait-il envisager de sortir de son existence ? Mais comment pourrait-il ne pas le lui permettre si tel devait être son destin et s’il l’aimait ? Ce choix cornélien lui faisait mal au plus profond de son être. Quels sentiments réels cet ange blond avait-il pour lui ? La cruauté de la situation lui apparaissait en pleine lumière alors que montait dans le ciel obscur la fumée funéraire du Maître Jedi. Pendant qu’il s’efforçait de voir clair en lui, Isil tourna la tête et son regard rencontra le sien. Ils restèrent ainsi un long moment à échanger des phrases muettes par delà l’espace. Les yeux bleus de la jeune fille brillaient de mille diamants. Finalement, Hiivsha baissa les yeux, ne sachant plus quoi faire. Du coin de l’œil, Satele Shan les observait. »

 CopyrightFrance.com

4 réponses à STAR WARS – LES AVENTURES D’UNE JEUNE JEDI – TOME 1 : LE CERCLE SOMBRE

  1. Quigon dit :

    Je viens de le finir … il y a dix minutes. Moi, je suis un fan de l’univers étendu et j’apprécie les très nombreuses attaches avec les autres histoires de cet univers. Pour l’instant je n’ai lu que quelques livres de Zahn et Luceno. Le votre n’a pas avoir honte de cette comparaison. Pour que je finisse un livre en journée alors que j’ai bien d’autres choses à faire, votre histoire a un atout majeur, elle est captivante. Par rapport à ce que j’ai lu dans l’univers Star wars, il y a ce côté un peu piquant de la série l’épée de vérité de Terry GoodKind avec des passages plus adultes. Pour conclure, je dirai tout simplement bravo et vous avez un nouveau fan qui conseillera à tous les fans de la sage de Georges Lucas, la lecture de votre livre. Je compte dans un futur proche lire la lire suite des aventures d’Isil. Comme j’ai du l’écrire sur star universe, continuez à publier en ebook, lire sur une liseuse c’est mille fois mieux que sur un écran d’ordi.

  2. Arielle F. dit :

    Alors je n’ai qu’un mot à dire : félicitation à l’auteur !
    Franchement pour un roman « amateur », une fan-fiction comme vous l’écrivez, ce livre vaut un bon nombre de ceux du commerce et j’irai jusqu’à dire qu’il est « au-dessus » d’un certain nombre de livre de SW que j’ai lu !!!
    Moi qui adore cet univers et l’époque de SWTOR en particulier, je trouve que vous avez très bien su immergé le lecteur dans cette période. Les personnages sont très attachants. J’ai beaucoup aimée d’avoir unE padawan en héroïne avec sans cesse cette question de pouvoir aimer ou non un homme malgré le code jedi.
    L’intrigue est très bien mené et très développée pas comme certains livres de l’UE. Et j’aime bcp votre style.
    Vraiment merci pour cette histoire… je vais m’empresser de lire le tome 2 !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.